Abonnez-vous à la chaîne

Régime cétogène : est-ce bon pour la santé ?

Regime cetogene

Encore appelé « Keto diet », ce régime est vanté pour ses nombreux bienfaits : pour perdre du poids, éviter le diabète et même traiter le cancer. Alors, quel est le principe du régime cétogène et est-ce que ça fonctionne ? On fait le point avec des spécialistes.

Idéale pour les diabétiques, pour faire disparaître les poignées d’amour et même pour prendre en charge naturellement le cancer… C’est ainsi que la diète cétogène est décrite par certains médias.

Le régime cétogène : qu’est-ce que c’est ?

On parle de régime cétogène car ce régime est basé sur la production de corps cétoniques. Ces molécules sont fabriquées quand il n’y a plus de réserve en sucre. Pour compenser et continuer à produire de l’énergie, l’organisme a un plan « B » : il utilise les graisses pour les dégrader en corps cétoniques au niveau du foie. Ces corps cétoniques vont en somme remplacer les sucres.

« Il s’agit d’une adaptation de l’organisme. Le rein, les muscles et même le cerveau -en cas de jeune prolongé- peuvent utiliser ces corps cétoniques lorsqu’il n’y a plus de sucre. »

Dr Philippe Giral, Hôpital La Pitié-Salpêtrière (Paris).

Ce principe remonte en fait au début du XX e siècle, aux écrits du Dr Guelpa, selon lequel le traitement du diabète devait reposer sur le jeûne. Dans son mémoire « La guérison du diabète », on peut lire : « Notamment, il faudrait supprimer temporairement tout apport d’aliment pour obliger l’organisme à vivre sur ses ressources jusqu’à la combustion totale du sucre anormal existant dans les tissus. »

Sauf qu’en réalité, tenir un jeûne est très compliqué et surtout dangereux pour la santé. C’est pourquoi, le régime a évolué. Aujourd’hui, pour provoquer la cétogenèse sans les inconvénients d’un jeun prolongé, on adopte une alimentation pauvre en sucres et très riche en graisses. 

Après quelques jours, l’organisme se met à fonctionner comme si vous étiez à jeun. Il n’a plus de réserves de sucre donc il utilise les graisses stockées et fabrique des corps cétoniques. Les organes s’habituent progressivement à tirer leur énergie, non pas des sucres, mais des corps cétoniques.

Le régime cétogène : est-il efficace ? pour qui ?

Dans quel cas ce régime peut-il être adapté ? Selon le Dr Giral, il existe une seule indication validée : les épileptiques. « Quand on leur prescrit ce régime, ils font moins de crises d’épilepsie, sans que l’on comprenne vraiment pourquoi », explique-t-il, mais le médecin l’affirme : « dans les autres indications, son efficacité n’est pas prouvée. »

Toutefois, quelques témoignages, notamment de patients diabétiques, semblent être en faveur du régime cétogène. C’est le cas de Elodie, une patiente diabétique de type 1, qui a adopté depuis 3 ans un régime cétogène strict. Elle raconte à PuMS : « depuis que j’ai commencé ce régime, j’ai beaucoup diminué mes doses d’insuline et mes glycémies sont beaucoup plus stables (…) J’ai l’impression de mieux maîtriser ma maladie et j’ai enfin un poids régulier. »

Reste que pour la plupart de ceux qui tentent ce régime, s’exprime la difficulté de tenir au quotidien une alimentation sans féculent, ni fruit et légume.

« Même si le beurre, la mayonnaise, le fromage (sans pain) et l’entrecôte (sans frite) peuvent être consommés tous les jours en bonne quantité, cela ne correspond pas à une alimentation variée, mais plutôt monotone et difficile à suivre sans beaucoup de plaisir. »

Dr Philippe Giral, Hôpital La Pitié-Salpêtrière (Paris).

Le régime cétogène est-il efficace contre le cancer ?

Les présumées vertus du régime cétogène pour soigner le cancer ne datent pas d’hier. C’est en 1921 que le professeur Braunstein fait l’hypothèse que le glucose doit être consommé par des cellules cancéreuses pour les aider à se multiplier. Plus tard, un autre chercheur, le professeur Warburg, observe des perturbations de l’utilisation du glucose par les cellules cancéreuses.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

« Le sucre n’est pas responsable de la prolifération anormale des cellules cancéreuses. Aussi, la suppression du sucre ne peut conduire à une suppression des cellules cancéreuses. En outre, toutes les cellules normales ont besoin de sucre pour leur métabolisme. »

Pr Jean-Marc Lacorte, Chef du service de biochimie, La Pitié-Salpêtrière

Et, selon un rapport scientifique du réseau National Alimentation Cancer Recherche (NACRe), il n’y a pas de preuve d’un bénéfice de la consommation d’un régime pauvre en glucides pendant le traitement d’un cancer.

« Les sociétés savantes ne recommandent pas de suivre un régime cétogène, même dans le cas d’un cancer avancé. En particulier, ce régime, difficile à suivre, peut conduire à une dénutrition, qui peut amener à arrêter les traitements anti-cancéreux, ce qui revient à une perte de chance pour ces patients. »

Paule Latino-Martel, chercheure et Directrice du NACRe.

Certes, des cas de patients ayant suivi ce régime et ayant connu une rémission, ont été décrits dans la littérature scientifique. Mais ce sont des cas isolés, qui ne permettent pas de conclure un effet positif. Aucune étude clinique n’a montré à ce jour de résultats concluants.

Et surtout, il ne faut jamais commencer un régime cétogène, sans en parler avec son médecin afin de ne pas compromettre l’efficacité du traitement.

Régime cétogène : aliments autorisés, interdits

Le principe de ce régime est donc de manger « gras ». Alors qu’une alimentation classique comprend à peu près 50 % de glucides, 35 % de lipides et 15% de protéines, dans la diète cétogène, c’est seulement 5% de glucides, mais 20% de protéines et surtout 75% de lipides !

Pour ne pas dépasser 5% de glucides, soit 50 grammes de glucides par jour, il faut limiter voire stopper les aliments suivants :

  • Les aliments à base de farine (pain, pâtes, riz), 
  • les légumineuses (lentilles, pois chiches…),
  • les aliments à base d’amidon comme la pommes de terre, les chips
  • les aliments sucrés (confitures, biscuits…)
  • les plats préparés qui contiennent des glucides,
  • les fruits et certains légumes, riches en glucides, sont aussi à limiter.

Quels sont les aliments autorisés ?

  • Toutes les graisses : les huiles, le beurre,  
  • les laitages à base de lait entier (fromage blanc, crème fraîche)
  • les yaourts mais sans sucre ajouté bien sûr.

Régime cétogène : exemple de menu

Concrètement, voici un exemple de menu. Il s’agit d’un régime très strict, difficile à réaliser, puisqu’il consiste à manger gras et à limiter fortement les glucides à moins de 5% (soit 50 g de glucides par jour).

Attention ! L’équipe PuMS tient à rappeler qu’elle ne recommande pas le régime cétogène. Non seulement ce régime est loin des régimes équilibrés, préconisés notamment pour prévenir les pathologies cardiovasculaires. Mais en plus, il existe des complications médicales : syndrome pseudo grippal (maux de tête, fatigue…), difficultés de concentration au bout de quelques jours (céto-adaptation). Au-delà de trois mois, apparaissent des carences vitaminiques en oligoéléments.

Petit déjeuner : 

  • Saumon  = 1 g
  • ½ avocat = 3,5 g
  • cream cheese (60 g)  = 1,6 g

Total :  6,1 g de glucides

Déjeuner :                 

  • salade d’endives (150g) = 5 g
  • 1 CS huile d’olive = 0 g
  • aux noix et roquefort (30 g) = 0 g
  • 2 cuil. à soupe d’huile de noix  = 0 G
  • 1 cuisse de poulet rôti (1 cuisse) = 0 g
  • Haricots verts (50 g) = 11,5 g
  • + 10 g beurre = 0 g
  • Dessert : fromage blanc : 2,7 g

Total : 19,2g de glucides

Collation :                            

  • 30 g d’amandes : 2,5g
  • 1 carreau de chocolat noir (70%) : 1,7 g

Total collation : 4,2 glucides 

Dîner            

  • 3 œufs en omelette = 3 g
  • Quelques poivrons marinés (150g)  = 9 g
  • 1 tomate = 4 g
  • 75 g de fromage râpé  =  0,75 g
  • 20 g de beurre = 0,2 g

Total dîner : 17g  glucides 

Soit un total pour le menu complet : 46,5 g de glucides 

Régime Kéto : efficace pour améliorer ses performances sportives ?

Aujourd’hui, des sportifs suivent ce régime car il pourrait améliorer les performances.

Le régime est en effet devenu médiatique notamment pour son utilisation par certains athlètes connus, notamment Christopher Froome quadruple vainqueur du Tour de France. Mais l’utilisation du régime dit « kéto » en sport est observée avec scepticisme par les scientifiques.

Les preuves scientifiques ne sont en fait pas nombreuses… et surtout il peut y avoir des risques pour la santé. Si vous souhaitez suivre une diète cétogène pour performer en sport, il faut le faire avec un nutritionniste du sport et qui connait le régime cétogénique.

Régime cétogène et compléments alimentaires 

Autre moyen de bénéficier des corps cétoniques : prendre du BHB en comprimés. C’est en tout cas la promesse qui est faite avec ce complément alimentaire vendu sur Internet.

Le BHB c’est le béta hydroxybutarate, qui est en fait… un corps cétonique. Il aurait un effet brûle graisse avec des effets anti inflammatoires. En réalité, non seulement il n’y a pas de preuve de ces bienfaits, mais en plus, l’INSERM à récemment souligné que le BHB pourrait, au contraire, avoir des effets pro inflammatoires. Conclusion : le BHB n’est pas recommandé.

En vidéo : retrouvez l’intégralité de l’émission PuMS « Régime cétogène : régime miracle ? »

Documents utiles :

Un dépliant édité par le NACRe pour les patients « jeûne et cancer »

« Les controverses biochimiques du régime cétogène », Inserm (29/01/2019)